« Je m’intéresse à la bienveillance, aux processus collaboratifs, à l’invention de formes de liens qui dépassent le fonctionnement archaïque en mode dominants-dominés. Je décortique les relations dans la famille, le couple, l’entreprise, les systèmes hiérarchiques. Ces problématiques sont omniprésentes dans la création elle-même, ou dans le travail en équipe lors du processus de réalisation. Mes propositions artistiques sont des performances et des aménagements décalés de l’espace ; concrètement je dessine, je découpe, j'ajuste, je malaxe des matières (bois, papiers, textiles, et tout ce qui m’est nécessaire), je sculpte l’espace vide et les lumières, triture des pixels en image graphique ou en vidéo, cuisine des kilo-octets sonores et des paroles collectées, je mets des corps en mouvement. Dans tout ce fatras, je privilégie le plus souvent une forme sobre, sensuelle et pimentée. »


Artiste visuel depuis une vingtaine d’années, Hubert Lafore dessine et construit des installations plastiques et des scénographies (une trentaine de projets réalisés en danse, musique, théâtre, exposition). Il est né en 1973 à Orthez en France, diplômé de l’université de Bordeaux en Arts Plastiques et en Archéologie. Jusqu’en 2000, il part en Égypte sur des chantiers de fouilles terrestres et sous-marines comme restaurateur et dessinateur en archéologie. De retour en France il s’engage auprès d’architectes, de paysagistes, puis de musiciens et de metteurs en scène (Compagnie NXL, Zirlib). À Montréal depuis 2012, il collabore aux créations dansées de Human Playground, de Rhodnie Désir, et au projet de co-création vidéo de la maison Elizabeth Fry. À New York, Il est dramaturge et scénographe de la Compagnie Crossman Dans(c)e depuis 2014. Concepteur et constructeur de décors, parfois co-auteur, facilitateur, illustrateur ou regard extérieur, ses expériences complémentaires nourrissent une réflexion sur la simplicité, l’autodérision et les systèmes relationnels. Ses installations d’artiste visuel : "Lubie pour gens à pied", formes à danser sur les trottoirs (2017) ; "Le plus beau jour de ma vie", petit théâtre éthylique dans une caravane, sur l’exclusivité en amour (2011) ; "Prédateurs, un titre provisoire", performance pour deux acteurs sur l’acte de prédation (2010) ; "Arbre envolé", lévitation dans une forêt chamboulée par la tempête (2010).
Back to Top